l_oc_an_au_bout

TitreL'océan au bout du chemin

AuteurNeil Gaiman

GenreFantastique

Résumé : Un homme se rend dans la campagne du Sussex où il a grandi, pourassister à un enterrement. Ses pas le guident jusqu'à la ferme des Hempstock où vivait son amie Lettie. Face à la mare que la fillette appelait son océan, il se remémore les événements oubliés qui ont suivi leur rencontre.

Mon avis : Je continue, de livre en livre, à explorer l'oeuvre de Neil Gaiman. Après American Gods cet été qui ne m'avait fait ni chaud ni froid, je reviens à ce qu'il sait faire de mieux : le fantastique.

Le narrateur qui est aussi le personnage principal et restera anonyme, se rappelle des événements oubliés de son enfance. Son retour à la ferme des Hempstock lui remémore particulièrement son amie d'enfance, Lizzie Hempstock, aux côtés de laquelle il a vécu une aventure aussi fantastique que terrifiante. Au fur et à mesure qu'il plonge dans ses souvenirs, le lecteur, lui, plonge dans l'univers merveilleux de Neil Gaiman.

On sait très peu de choses du héros, mais cela permet de s'y identifier encore plus : c'est le principe de "l'être de papier" de Roland Barthes. Il est un peu l'enfant qu'on a tous été, peureux, imaginatif et rêvant d'aventures. J'ai aussi beaucoup aimé Lizzie et le contraste entre son apparence de fillette et sa véritable nature...

... car derrière l'apparence d'une simple famille de fermiers, les Hempstock sont des êtres millénaires venus d'un monde lointain au delà de l'océan. Leur rôle est de protéger les hommes de créatures malveillantes. Et justement, la menace de l'une d'elles plane au-dessus du héros et de sa famille.

L'océan au bout du chemin reprend les éléments du conte merveilleux, mais c'est aussi une belle histoire sur l'enfance. Il a la maturité qui manquait dans Nobody Owens, car il aborde des thèmes plus matures comme le deuil (ou du moins le fait-il de façon plus grave que dans Nobody Owens) ou la vieillesse. Comme dans Coraline, c'est les enfants qui affrontent les monstres alors que les parents sont impuissants, sous l'emprise d'un sortilège.

La fin reste assez floue, mais on n'a pas besoin d'en apprendre beaucoup plus : l'aventure vécue par le narrateur et la famille Hempstock conservent leur part de mystère, et c'est très bien ainsi. C'est ce qui fait tout le charme de cette fin mélancolique.

Finalement, Neil Gaiman a su me plonger avec émotion dans l'océan de Lizzie Hempstock. Un de mes livres préférés de l'auteur.

La note8/10. Très belle surprise, ce joli conte a répondu à mes attentes.