les_2_van_gogh

TitreLes deux Van Gogh

AuteurHozumi

Genre : Seinen

Résumé : Paris, 1885. Un marchand d'art employé dans une prestigieuse galerie, commence à faire parler de lui à cause de ses méthodes peu communes et son rejet de l'académisme. Son nom ? Théodore Van Gogh. À cet époque, son frère Vincent n'est qu'un peintre sans le sou, mais son cadet croit en son talent et met tout en oeuvre pour que ses toiles passent à la postérité.

Mon avis : Un manga sur les frères Van Gogh ? Il ne m'en fallait pas plus pour me convaincre de l'acheter. Cependant, mon avis sur ce one shot est nuancé : j'espérais en apprendre plus sur la vie du peintre... et je n'ai pas été satisfaite.

En fait, ce seinen traite davantage de la relation très forte entre Théo et Vincent. En admiratrice des peintures du second, j'aurais espéré qu'elles soient au coeur du récit. De plus, le format noir et blanc classique des mangas ne leur rend pas hommage. Peut-être aurait-il été judicieux de glisser quelques pages en couleur ?

Très loin de la biographie, Les deux Van Gogh propose une version très romancée de la vie du peintre et de son jeune frère. C'est ce qui m'a le plus déçu dans ma lecture. On connaît de Vincent Van Gogh un homme torturé, et c'est cette personnalité complexe que j'aurais aimé voir dépeinte. Ici, il est décrit comme très joyeux, sensible et candide. Certes, c'est un personnage très sympathique et le duo qu'il forme avec Théodore, charismatique et ambitieux, fonctionne à merveille, mais j'attendais plus de réalisme. C'est d'ailleurs ce dernier qui fait figure de personnage central de l'histoire.

D'autres peintres célèbres se glissent entre les cases comme Henri Toulouse-Lautrec et Jean-Léon Gérôme. On retrouve aussi le cabaret Le Chat noir, emblématique rendez-vous des artistes parisien, et son fondateur Rodolphe Salis qui devient ici un tenancier travesti.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine
Henri de Toulouse-Lautrec et son alter ego dessiné par Hozumi.
Source :
larousse.fr / nautiljon.com

Rien à redire sur les dessins ; les chara-designs de Vincent et Théo sont sensationnels. De plus, ce one-shot a l'avantage d'être assez étoffé, avec 370 pages, donc un tome plus consistant que la normale. En revanche, une large part est réservée à de l'action et à des péripéties, tandis que la part plus psychologique du récit est laissée pour compte. J'ai trouvé le twist final carrément grossier.

Afficher l'image d'origine
Source : adala-news.com

Pour conclure, ce manga ne manque pas de sensibilité ni de charme, mais s'éloigne de beaucoup des personnages réels de Théodore et Vincent Van Gogh, plus sombres et complexes. 

La note : 5/10. Trop romancé, ce manga n'a pas répondu à mes attentes.


Source :
celestinevibes.tumblr.com