american_gods

TitreAmerican Gods

AuteurNeil Gaiman

GenreFantastique

Résumé : Lorsque Ombre sort de prison après avoir purgé une peine de trois ans, il apprend que Laura, son épouse, s'est tuée dans un accident de voiture la veille de leurs retrouvailles. Apparaît alors l'excentrique et mystérieux M. Voyageur qui propose à l'ancien détenu un travail. De quel nature ? Difficile à dire. Mais Ombre va bientôt se retrouver au coeur d'une guerre sans merci entre anciens dieux des premiers migrants et nouveaux dieux de l'ère moderne.

Mon avis : Je continue mon exploration de l'oeuvre de Neil Gaiman avec American Gods, paru en 2001. Après avoir lu L'étrange vie de Nobody Owens et Stardust, ce roman s'inscrit dans un genre différent, qui ne m'a pas autant plu que les deux précédents.

Ce livre s'apparente à une sorte de Percy Jackson pour public adulte ; ou comment mélanger avec plus ou moins de succès XXIe siècle et dieux antiques. 
Dans American Gods, une guerre se prépare entre deux camps de dieux : celui des anciens dieux, venus aux Etats Unis par l'intermédiaire des premiers migrants (et là, vous apprendrez que les Vikings et les Egyptiens foulaient le sol américain bien avant Christophe Colomb) et les nouveaux dieux modernes adulés, ceux de l'Internet, des médias, de la consommation et des transports. Entre les deux, Ombre, qui vient de sortir de prison et d'apprendre le décès de sa femme. Engagé par Voyageur, qui n'est rien d'autre qu'une divinité nordique, difficile pour lui de comprendre comment il se retrouve mêler à cet affrontement.

Ce mélange de genres et de mythologies semble improbable, et pourtant il fonctionne assez bien. Les diverses mythologies évoquées sont habilement mêlées. Neil Gaiman met aussi en scène de nouveaux dieux de sa création, ceux de notre monde contemporain.
De par leur humanité, ces dieux humanisés sont souvent comiques. En effet, on ne s'attend pas à retrouver une divinité slave dans le corps fatigué d'un petit papi aigri. Ombre étant le seul personnage humain, apparement impuissant dans ce conflit divin, c'est à lui que je me suis le plus attaché ; son histoire avec Laura est touchante.

L'ennui, c'est que cet univers s'avère presque trop riche : certains éléments sont difficiles à saisir pour quelqu'un qui n'y connaît rien en mythologies nordiques, hindoues, égyptiennes... 
Un autre défaut de ce livre est sa longueur : j'ai commencé à m'ennuyer à partir du milieu du roman. On est sans cesse dans l'attente d'une bataille finale toujours repoussée à plus tard. En revanche, l'écriture de Neil Gaiman reste un plaisir à lire : cependant, elle est assez différente que dans les autres de ses romans que j'ai lu. En effet, le style est plus cru et moins poétique, plus mature en somme. Par moment, elle se rapproche même de celle de Stephen King.

Pour conclure, je n'ai pas vraiment été emballée par American Gods. Neil Gaiman s'éloigne du merveilleux dans lequel je l'avais découvert. Un roman qui peut plaire au amateurs de comics, dans la lignée de Thor!

La note6/10. Pas franchement conquise par ce roman assez éloigné de ce dont Neil Gaiman m'avait habitué.