P4160012

TitreLe Portrait de Dorian Gray

AuteurOscar Wilde (GB)

La couverture a-t-elle influencé mon choixNon

GenreFantastique

Résumé : "- C'est ton chef d'oeuvre, Basil, la meilleure chose que tu aies jamais faite, dit Lord Henry d'un ton languide." Basil Hallward vient de réaliser le portrait de son ami Dorian Gray, jeune dandy à la beauté stupéfiante, à qui il fait don de son tableau. Influencé par le discours de Lord Henry, ami du peintre, lors de leur rencontre, Dorian Gray fait alors le voeu de toujours rester jeune et de conserver sa beauté. Et en effet, c'est son portrait peint sur la toile qui subit les conséquences du temps et des péchés du jeune homme : les années passent et tandis que le chef d'oeuvre de Basil Hallward qui s'enlaidit tandis que le modèle demeure le même. Mais ce mystérieux sortilège ne peut que conduire Dorian au désastre.

Mon avis : "Non maman, je ne le lis pas pour les cours!" Ce livre fait partie de ceux que mon professeur de français m'a donné envie de lire. Je connaissais plus ou moins le roman culte de Wilde, et je ressors très satisfaite de ma lecture! 

L'histoire nous plonge dans le Londres de la fin du XIXème siècle, des hôtels particuliers de la société aristocratique aux bas quartiers miséreux. On a donc une vaste rétrospective de la société londonienne, dépeinte avec une bonne dose de cynisme. J'ai adoré accompagner les personnages à leurs soirées mondaines où commentaires et railleries vont bon train. Accompagné de l'écriture très agréable de Wilde, c'est un régal, même si je ne suis pas toujours d'accord avec les idées (très sexistes!) de Lord Henry. On enchaîne parfois sur de longs discours philosophique ou politique, et par contre, ces longs monologues sont pénibles. Surtout ceux qui concerne l'art, où j'ai complètement décroché.

Dorian Gray est un personnage qui ne m'a inspiré aucune sympathie, bien que je ne le trouve pas antipathique non plus. Sa transformation du début à la fin du roman est visible (pas physiquement bien sûr) : on passe d'un jeune garçon innocent et naïf à un individu plus séducteur et froid. Il y a de nombreuses références à son homosexualité très peu évidentes à déceler (merci, les annotations en bas de pages!), notamment sa relation ambiguë avec Lord Henry : d'où le scandale qui a suivi sa parution! C'est aussi un homme à la psychologie très complexe qui se révèle passionnant. On comprend pourquoi tous les personnages sont fascinés par Dorian! Le personnage que j'ai toutefois préféré est Basil Hallward, bien que je trouve qu'il passe trop souvent pour le benêt de l'histoire.

Mention spéciale aux éditions Le Livre de Poche, qui agrémente le texte de très belles gravures! :)

La note8/10. En dépit de quelques longs passages fastidieux, un roman intelligent et efficace.